Le poulet et la canette (Noémie)

11 novembre 2012 § Poster un commentaire

Qui un jour aurait cru

Qu’un poulet je cuirais 

une bière dans… le cul

Et que bon ce serait

Oui, amis poètes de la gastronomie, je l’ai fait : cuire un « beer can chicken », la bête assise sur sa canette, empalée plutôt, suant au coeur du four. La recette est simplissime, et serait traditionnelle pour la fête des pères anglo-saxons, qui n’aimeraient rien d’autre que la bière et le poulet.

Image

Elle se cuisine généralement au barbecue (vous apprécierez la sélection d’images volées sur Internet), mais fonctionne aussi au four. Les promoteurs affirment que la bière s’évaporant durant la cuisson empêche le poulet de se dessécher à l’intérieur… Détail qui compte, même Jamie Oliver a sa recette pour daddy.

J’ai bien sûr commis quelques erreurs. La première étant d’acheter une Budweiser grand format : le poulet, sur son trône géant, ne rentre pas dans le four (un grand moment de solitude). J’ai ensuite cru qu’il fallait allonger le poulet sur le dos, prise dans mes habitudes : toute la bière s’est écoulée par le trou du… cou. Il a donc fallu réduire la canette d’un bon coup de couteau circulaire, y remettre la bière écoulée puis rasseoir confortablement la volaille au centre d’un grand plat.

Le reste de la préparation est traditionnelle : le poulet a été préalablement salé, poivré, huilé (ou beurré) dedans et dehors, garni d’ail et d’herbes.

Ah, j’oubliais, la canette doit être à moitié vidée. J’ai personnellement versé le surplus dans le plat, pour éviter à ce dernier de surchauffer. Mais d’autres pourront décider de le siffler pendant la cuisson.

C’est prêt, enfournez délicatement, en veillant à ce que l’échine ne soit pas trop près de la résistance supérieure. Cuisez environ 1h25 à 200° C. Tournez le poulet de temps en temps.

 Image

Image

Image

Verdict : délicieux, bor… ! La chair est tendre, sous une peau grillée ici et là (plus sur les épaules que sur les cuisses, bien sûr. Dans mon four en tout cas). je persiste à penser que la viande est subtilement parfumée à l’orge liquide, JZ pense que non. Peu importe, c’est très bon.

Une envie de brick

30 mars 2012 § Poster un commentaire

Cette semaine j’ai été prise d’une folle envie de bricks, de briwats ou briouates, enfin vous savez ces petits triangles croustillants marocains. Alors je ne me suis pas privée. De la viande de bœuf hachée, du cumin, du gingembre en poudre, du sel et poivre, je fais revenir le tout, j’ajoute de la coriandre ciselée et je farcis mes feuilles de brick. Je les fais dorer à la poêle dans un peu d’huile d’olive et le tour est joué.

Comme il me restait des feuilles de brick, j’ai récidivé hier soir avec des crevettes et des épinards frais. Et cette fois j’ai pris des photos, alors voici la recette.

Pour 8 triangles

4 feuilles de brick
400 g de crevettes surgelées crues
2 poignées d’épinards frais
2 pincées de curcuma
2 pincées de piment de Cayenne
1 petit morceau de gingembre frais rapé
Huile d’olive, sel, poivre

Commencez par faire revenir les crevettes avec les épices dans une 1 cuil. à s. d’huile pendant 3 / 4 minutes en remuant souvent. Ajoutez les épinards équeutés et lavés pendant 1 min. Laissez cette farce refroidir mixez la grossièrement à l’aide d’un mixeur plongeur ou au couteau. Voilà, le pliage peut commencer.

Coupez la feuille de brick en deux, puis coupez à 1/2 cm du bord de façon à obtenir une bande à peu près rectangulaire.

Pliez la en deux dans le sens de la longueur. Rabattez le petit bord qui dépasse de façon à former un petit triangle. Pliez une seconde fois en conservant la forme triangulaire. Et là, vous devez obtenir un petit « réservoir » que vous allez pouvoir farcir.

Tenez le triangle entre vos doigts comme sur la photo et farcissez avec l’autre main. Puis rabattez la feuille de brick pour fermer votre triangle. Continuez à tourner jusqu’à vous retrouver avec un tout petit bout de feuille que vous coincerez dans l’une des pliures pour maintenir votre triangle bien fermé. Renouvelez l’opération avec les autres feuilles jusqu’à épuisement de la farce.

Faites dorer vos briouates dans un peu d’huile d’olive à feu moyen. Posez-les sur du papier absorbant, et dégustez chaud avec une petite salade, ou servez-les à l’apéro comme des samoussas aux crevettes.

Couscous ou pot-au-feu ?

5 février 2012 § Poster un commentaire

Arrivée au marché de wazemmes, j’étais bien décidée à préparer le couscous dominical quand les os à moelle du boucher m’ont fait de l’œil. Alors une envie du pot-au-feu a pris le dessus, sans que ne me quitte l’idée du couscous. Alors j’ai acheté mes légumes de saison et de retour à la maison, j’ai soumis mon dilemme à la famille… qui n’a pas été d’un grand secours. Jusqu’à ce que ma fille suggère : « Tu pourrais faire un couscous au pot-au-feu ! »

Chiche !

« Lire la suite »

Suite du feuilleton américain

13 janvier 2012 § Poster un commentaire

Hello mes lecteurs et lectrices chéris,

Comme promis, me revoilà avec les recettes De la Caesar salad et du cheesecake. Mais avant, j’ai quelques news pour vous. Tout d’abord, sachez que vous pouvez désormais nous suivre sur twitter Elodie @Elodie Germain et moi-même @miss épices. De plus, je vous rappelle que vous pouvez nous retrouver sur Radio Campus Paris tous les troisièmes dimanches du mois avec notre chère copine Silvi dans Les pieds dans le plat. Ce dimanche, la thématique est: Je change de vie en 2012, vous pourrez entendre ma chronique sur les fabuleux bouillons détox.

Mais revenons à la Caesar salad. Pour lui donner des couleurs, j’ai commencé par faire mariner mon poulet dans un mélange de yaourt nature, jus de citrons et sauce tandoori (qu’on trouve en bocal dans les rayons produits du monde des supermarchés), avant de faire griller les escalopes au four, que j’ai ensuite émincées. Il faut ensuite ajouter des feuilles de romaine, des gros dés de pain de campagne revenus à la poêle dans l’huile d’olive (avec un peu de sel) et des copeaux de parmesan.
Pour la sauce, à l’aide d’un petit robot, j’ai préparé une sauce onctueuse en mélangeant un jaune d’œuf, 1 gousses d’ail, 3 filets d’anchois à l’huile, 30 g de parmesan grossièrement haché, 1 cuil. à s. de moutarde de Dijon,  1cuil. à s. de vinaigre doux et le jus d’1/2 citron vert (facultatif). Salez et poivrez. Incorporez 10 cl d’huile d’olive en deux fois, mixez bien. Vous devez obtenir un genre de mayonnaise en moins ferme.

Cheesecake

Il faut le préparer le matin pour le soir, ou même la veille. Lors de la soirée burger  j’avais opté pour un coulis aux fruits de la passion, mais j’ai également testé l’association citron vert, kiwi, basilic… Une tuerie !

La recette : Et non, Noémie, je n’ai pas testé ta recette, car comme tu le sais, j’ai offert ton livre à maintes reprises mais je ne me le suis toujours pas offert ! Shame on me !
Alors, après plusieurs essais, j’ai abouti à un mix entre la recette tirée d’Un goûter à New York de Marc Grossman paru chez Marabout et celle d’Anne Laure, blogueuse (Lasoifdumiam.fr) découverte dans le magazine Zeste.

Je commence donc par préchauffer mon four à 180°C. Je mixe grossièrement 150 g de spéculoos et 150 g de petits beurre (j’ai testé la version 100% spéculoos, mortelle !), et je mélange ce gros sable inégal à 100 g de beurre ramolli. Je tapisse le fond de mon moule amovible avec ce mélange en faisant remonter légèrement sur les bords. J’enfourne pendant 10 minutes. Temps pendant lequel je prépare ma crème, en mélangeant au batteur 500 g de fromage nature à tariner type St Morey ou Philadelphia, 100 g de crème fraîche épaisse et 200 g de fromage blanc. J’ajoute 120 g de sucre, 40 g de farine, le jus d’un citron bio et son zeste. Enfin j’incorpore 3 œufs entiers et 1 jaune.  Je mélange jusqu’à obtenir une crème lisse, homogène, assez fluide. Je la verse sur la croûte précuite. J’abaisse la température du four à 150°C et j’enfourne pour 1h. J’éteins le four et je laisse refroidir. Ensuite, je le sors et lorsqu’il est tiède, je le mets au frigo pour un minimum de 6h.
Au moment de servir, je n’oublie pas de préparer un coulis bien coloré (fruits rouges ou fruits de la passion ou encore kiwi – citrons verts – basilic).

PS: Je vous épargne mes photos de cheesecake, absolument râtées. Mais le gâteau, lui, était bien réussi !

Une soirée burger

10 janvier 2012 § Poster un commentaire

Mes deux potes au feu sont parties tenter leur chance au pays de l’oncle Sam (snif !), alors comme pour leur rendre hommage, j’ai eu envie d’une soirée 100% américaine, avec coleslaw, caesar salad, burgers et cheescake. Rien de plus convivial en effet, qu’une soirée entre potes autour d’un bon burger !

Mais en bons bobos militants anti-malbouffe, on évite le macdo, et on préfère le home-made, avec de la bonne viande bio. Alors j’ai convié quelques amis et ils ont adoré le concept !
Il m’a fallu un peu de préparation en amont pour être tranquille après…
J’ai commencé par préparer les petits pains. J’ai opté pour l’option machine à pain, mais je vous livre les deux recettes. Je me suis largement inspirée de Burgers faits maison de Sandra Mahut paru chez Marabout.

Les petits pains à burgers

(pour une dizaine de pains de 8cm de diamètre)
360 g de farine bio type 55
200 ml de lait bio
10 g de levure de boulanger
15 g de sucre en poudre
2 g de sel
2 C.C de jus de citron
20 g de beurre ramolli
Des graines de sésame

Dans la machine à pain : Versez le lait tiède, le sucre, le sel et le beurre. Ajoutez la farine, la levure et le jus de citron. Actionnez le programme « pâte » et laissez faire la machine. A la fin du programme, divisez la pâte en petits pâtons de 8 cm de large environ. Disposez les sur une plaque de cuisson recouverte de papier sulfurisé. Laissez reposer 30 min.
Mouillez légèrement le dessus des pâtons à l’aide d’un pinceau en silicone imbibé d’eau ou tout simplement de votre doigt. Saupoudrez de graines de sésame. Faites cuire une quinzaine de minutes dans un four préchauffé à 210°C (th7). Surveillez la cuisson et sortez les pains lorsqu’ils sont bien dorés.

A la main : Dans un grand saladier, mélangez la farine avec le lait tiède, ajoutez la levure, puis le sucre, le sel, le jus de citron et le beurre. Mélangez bien et pétrissez pendant 5 bonnes minutes, la pâte doit se décoller facilement des doigts. Divisez en petits pâtons de 4 cm environ puisqu’ils doivent doubler de volume au bout de 50 min. de repos. Préchauffez le four à 210°C et faites les cuire comme indiqué ci-dessus.


Ensuite, j’ai prévu du cheddar, du comté et de l’emmenthal prétranché, du bacon, des rondelles de tomates, des feuilles de laitue, des graines germées, des oignons rouges émincés, des gros cornichons aigres-doux également émincés mais dans le sens de la longueur et tout un éventail de sauces toutes prêtes (américaine, ketchup, tartare, Colman’s mustard, savora, andalouse très piquante).
Pour ce qui est de la viande, je l’ai simplement assaisonnée de sel et de poivre avant de façonner des petits steaks correspondant à la taille de mes petits pains.
Ensuite, si vous avez la chance d’avoir un barbecue (et le balcon ou le jardin qui va avec), tant mieux pour vous, veinards ! Sinon, une plancha ou pierrade fera très bien l’affaire dans votre salle à manger. Il y aura sûrement un copain qui se dévouera pour s’occuper de la cuisson des steacks, en prenant soin de varier les cuissons pour satisfaire tous les goûts de vos invités !

En guise d’accompagnement, j’ai préparé un coleslaw assez classique avec du chou rouge et du céleri rave. Mais vous pouvez aussi opter pour l’association chou blanc/carottes. Je l’ai assaisonnée d’une petite mayonnaise nature, allongée avec un yaourt nature et du sirop d’agave.

« Et les frites ? » me direz-vous ? Et bien j’ai préféré faire découvrir aux copains le gratin de patates douces de Noémie. Mais si vous sentez d’humeur à tenter les frites maison ! Allez-y !

Bon, ce sera tout pour aujourd’hui, mais promis, le feuilleton américain continue cette semaine avec la Caesar salad et le cheese cake !

J’ai plagié Abdel de « l’Édition spéciale »

23 mai 2011 § Poster un commentaire

J’ai toujours eu du mal à réussir la cuisson du lapin, cette viande maigre qui se dessèche sans qu’on ait eu le temps de dire ouf ! Et bien s’en est fini de mes soucis de cuisson depuis que j’ai testé la recette d’Abdel, le joyeux chef de l’édition spéciale sur Canal Plus. Sa recette de lapin à la moutarde est absolument parfaite, d’autant qu’elle est ultra-rapide et simplissime !

Jugez-en par vous-même !

Du nouveau dans la presse gourmande

28 avril 2011 § 2 Commentaires

Toujours en quête de nouvelles recettes et  des nouvelles tendances culinaires, j’épluche assidûment chaque mois les dernières parutions. Elle à table et Saveurs, mes favoris, arrivent directement dans ma boîte aux lettres, et j’ai aussi un penchant certain pour Régal. Deux petits nouveaux dans les kiosques m’ont également séduite, alors je ne résiste pas à l’envie de vous les présenter, et puisque j’y suis, voici une  petite revue de presse printanière.

Revue de presse gourmande

« Lire la suite »

Où suis-je ?

Catégorie viandes sur 3 potes au feu.