Ustensiles fétiches

11 mai 2012 § 2 Commentaires

Je vous avais promis un billet sur mes ustensiles chouchous, et je ne regrette pas d’avoir attendu mon retour de New York pour le rédiger. Car j’ai ramené dans mes valises un objet tellement pratique, tellement efficace, que je ne peux plus déjà plus m’en passer :

Le zesteur râpe Microplane

Avec ses micro-lames en inox, c’est LA râpe nouvelle génération. Elle est géniale pour râper finement le gingembre, le fromage ou le chocolat, ou tout simplement pour obtenir des zestes d’agrumes, fins et légers comme des flocons.
Idéale pour parfumer mes pâtes en deux secondes en râpant une gousse d’ail. On la trouve en ligne sur les sites spécialisés, ou dans les boutiques pour une vingtaine d’euros. C’est vraiment un objet utile, efficace, pas le genre de gadgets qui finira dans un tiroir ! Promis.

Zesteur
Et pour des zestes plus conséquents, à confire par exemple, j’utilise mon zesteur plus classique qui permet de réaliser de longs filaments. C’est lui que je voulais vous présenter au départ, mais j’avoue que depuis l’acquisition de la microplane, celle-ci reste un peu au placard.

Mais elle est tout de même top pour zester les agrumes, et confectionner mes Petites crèmes au lait de coco-citron vert.

Pour 4 crèmes ou 6 mini-crèmes :

Mélangez énergiquement au fouet 1 boite de lait de coco (400ml) avec le jus de 2 citrons verts (dont vous aurez préalablement prélevé les zestes), et 2 cuil. à soupe de sirop d’agave. Prélevez une petite quantité du mélange froid (5cl), ajoutez-y 2g d’agar-agar en poudre (1 cuil.à café). Portez le reste à ébullition, ajoutez le mélange froid et mélangez pendant 10 secondes. Retirez du feu et versez immédiatement dans des petits récipients (verres, moules à crèmes, tasses…). Saupoudrez de zestes. Laissez refroidir puis mettez au réfrigérateur pendant 1h minimum.

Le moussoir à lait

A New-York, je buvais du café toute la journée, certes pour jouer à la New-yorkaise avec mon gobelet dans la rue, mais aussi parce que je suis devenue absolument accro au Macchiato : un expresso surmonté de mousse de lait chaude. Il faut dire que les rues de la Grosse pomme sont ponctuées de délicieuses cafétéria ou « salons de café » (et pas uniquement des starbucks).

Bref, ce petit fouet magique me permet de retrouver ce petit plaisir à la maison. Il me suffit de chauffer 5cl de lait, de le faire mousser en actionnant mon petit fouet, d’extraire un expresso et de le surmonter de mousse de lait.
Il nous a aussi permis de retrouver le plaisir de boire un bon vrai chocolat chaud bien mousseux, avec des carrés de chocolat pâtissier fondus, du lait chaud, de la mousse de lait et un peu de cannelle.

Et enfin, ce petit moussoir magique me permet de vous livrer une recette d’Elodie, que je reproduis souvent l’été en petites verrines apéritives :

Cappuccino de poivrons au parmesan

Prenez 4 beaux poivrons rouges, lavez-les, épépinez et détaillez en gros cubes.Faites-les revenir 5 min. dans 1 c.à s. d’huile d’olive avec une gousse d’ail émincée. Salez, poivrez, et ajoutez le jus d’1/2 citron, 25cl d’eau et 1 cube de bouillon de volaille. Laissez mijoter une dizaine de minute puis mixez jusqu’à l’obtention d’un beau velouté. Laissez refroidir, puis servez dans des grosses verrines pour une entrée ou des verres à téquila pour un apéro.
Faites chauffer 30 cl de lait avec 2 c.à c. de parmesan finement râpé jusqu’à ce qu’il soit chaud mais pas bouillant. Et faites mousser ! Voilà, la crème de votre cappuccino salé est prête. Versez une petite couche de mousse sur vos veloutés et servez.

Une envie de brick

30 mars 2012 § Poster un commentaire

Cette semaine j’ai été prise d’une folle envie de bricks, de briwats ou briouates, enfin vous savez ces petits triangles croustillants marocains. Alors je ne me suis pas privée. De la viande de bœuf hachée, du cumin, du gingembre en poudre, du sel et poivre, je fais revenir le tout, j’ajoute de la coriandre ciselée et je farcis mes feuilles de brick. Je les fais dorer à la poêle dans un peu d’huile d’olive et le tour est joué.

Comme il me restait des feuilles de brick, j’ai récidivé hier soir avec des crevettes et des épinards frais. Et cette fois j’ai pris des photos, alors voici la recette.

Pour 8 triangles

4 feuilles de brick
400 g de crevettes surgelées crues
2 poignées d’épinards frais
2 pincées de curcuma
2 pincées de piment de Cayenne
1 petit morceau de gingembre frais rapé
Huile d’olive, sel, poivre

Commencez par faire revenir les crevettes avec les épices dans une 1 cuil. à s. d’huile pendant 3 / 4 minutes en remuant souvent. Ajoutez les épinards équeutés et lavés pendant 1 min. Laissez cette farce refroidir mixez la grossièrement à l’aide d’un mixeur plongeur ou au couteau. Voilà, le pliage peut commencer.

Coupez la feuille de brick en deux, puis coupez à 1/2 cm du bord de façon à obtenir une bande à peu près rectangulaire.

Pliez la en deux dans le sens de la longueur. Rabattez le petit bord qui dépasse de façon à former un petit triangle. Pliez une seconde fois en conservant la forme triangulaire. Et là, vous devez obtenir un petit « réservoir » que vous allez pouvoir farcir.

Tenez le triangle entre vos doigts comme sur la photo et farcissez avec l’autre main. Puis rabattez la feuille de brick pour fermer votre triangle. Continuez à tourner jusqu’à vous retrouver avec un tout petit bout de feuille que vous coincerez dans l’une des pliures pour maintenir votre triangle bien fermé. Renouvelez l’opération avec les autres feuilles jusqu’à épuisement de la farce.

Faites dorer vos briouates dans un peu d’huile d’olive à feu moyen. Posez-les sur du papier absorbant, et dégustez chaud avec une petite salade, ou servez-les à l’apéro comme des samoussas aux crevettes.

Courge à tous les étages

30 octobre 2011 § Poster un commentaire

Si comme moi vous vous retrouvez avec un cageot de courges, et que vous avez exploré toutes les variantes de soupe (avec de l’oignon, avec des châtaignes, avec de la crème…) et de gratins, ne désespérez pas, vous pourrez en venir à bout en variant les plaisirs. Voici quelques suggestions pour l’apéro, en entrée ou au dessert.

Récolte d'automne

Bouchées caramélisées au sirop d’érable

(Une recette à retrouver en podcast sur radio campus paris)

Il vous faut :
1 potiron de taille moyenne que vous aurez tranché, évidé, pelé puis coupé en dés
1 marinade express composée d’huile d’olive et de sirop d’érable (5cl) de chaque environ), de sel, de poivre et de quelques pincées de muscade.

Pendant que votre four préchauffe à 180°, faites mariner vos cubes de potiron. Puis disposez-les sur du papier sulfurisé et enfournez pour une trentaine de minutes.

Dégustez tel quel avec une volaille, ou encore mieux, en finger food, surmontées d’une tranche de jambon cru ou de magret séché et parsemées de noisettes concassées grillées à sec !

Salade de Butternut aux cranberries

Pour 4 personnes :

½ courge (Je conseille la butternut pour cette recette car je la trouve sucrée et extrêmement savoureuse)
5cl d’huile de noisette
5 cl de vinaigre de cidre
5cl de sirop d’agave ou de miel
sel, poivre
2 poignées de cranberries séchées

Pelez la courge, épépinez et épluchez puis râpez-la pas trop finement. Assaisonnez avec le vinaigre, le sirop, l’huile. Salez et poivrez, ajoutez les cranberries et laissez mariner au moins une demi-heure. Dégustez.

Tarte au potiron

A déguster au goûter

1 pâte sablée
500 g de chair de potiron
3 œufs
25cl de crème liquide
50 g de sucre (+ 10g pour les noix)
1 gousse de vanille
3 pincées de gingembre en poudre
1 pincée de muscade en poudre
1 dizaine de noix
10 g de beurre

Faites cuire le potiron pelé et épépiné, coupé en gros cubes à la vapeur pendant 20 minutes (ou 10 à la cocotte minute) avec la gousse de vanille fendue. Réduisez-le en purée et ajoutez les graines de vanille que vous aurez récupérées à l’aide d’un couteau. Dans un saladier, à l’aide d’un fouet, battez les œufs avec le sucre, puis ajoutez la crème et les épices. Battez encore. Ajoutez le potiron, mélangez. Garnissez la pâte de votre préparation et enfournez pour 30 à 35 minutes à 200°C.

Faites revenir les cerneaux de noix concassés dans le beurre, saupoudrez de sucre et laissez caraméliser 5 minutes en remuant tout le temps. 10 minutes avant la fin de la cuisson de la tarte, garnissez la tarte avec les noix. Remettez au four. Dégustez tiède.

Mise en bouche chtimie

15 janvier 2011 § 1 commentaire

Les potes au feu se font désirer en ce début 2011…
Noemie fait ses débuts d’apprentie chef dans la cuisine du 104 (service du midi et du soir… Elle est ratatinée notre cuistot !) Elodie joue les grands reporters en Angola, et la web-reporter pour Thalassa et moi, je finis de déballer mes  cartons.
J’ai en effet quitté la Normandie, pour prendre la direction du ch’nord ! Et c’est dans la métropole Lilloise que j’ai posé mes valises.

Voilà deux semaines que je suis installée dans la ville de Martine Aubry. Je voulais quand même, chers lecteurs, (même si nous sommes déjà en février !) vous souhaiter une très belle année 2011. Ainsi je vous souhaite une année gourmande, intense, mais aussi révolutionnaire, à l’image des Tunisiens et Égyptiens qui nous donnent une bonne dose d’espoir.
Alors, Lille, c’est comment ? Ma première impression est plutôt positive. La ville, très animée, regorge de restos très variés, les gens sont souriants et peu frileux (les terrasses sont bondées malgré les 5 degrés affichés au thermomètre !) et le premier bistrot sur lequel j’ai jeté mon dévolu ne m’a pas déçue.
Au Bistrot de Pierrot (6 place de Béthune,
Tél : 03 20 57 14 09), le menu affichait un parmentier de canard au foie gras, une lotte à l’américaine et un filet de bœuf bio, sauce béarnaise. Mais je me suis laissée tenter par le « contre filet sauce au maroilles » servi avec une endive délicatement braisée (pas du tout amère) et surtout des FRITTES maison, croustillantes à souhait et généreusement servies.
La detox après fêtes attendra ! D’autant qu’en dessert, je n’ai pas résisté au merveilleux de Lille, une meringue mi-cuite enrobée de copeaux de chocolat…

Et c’est en me promenant dans le Vieux Lille que j’ai découvert LA boulangerie où les Lillois font la queue chaque weekend pour acquérir le fameux « merveilleux », et le pain, non moins merveilleux.

Aux merveilleux, rue de Saint André, près de la place du Concert

Autre découverte gourmande : le maroilles !

la star locale

Alors, ici, on le déguste à toutes les sauces. En feuilleté, en sauce, en gratin… J’ai testé un gratin de pâtes au poulet et aux champignons, gratiné au maroilles, dévoré sur le pouce entre deux boutiques, lors d’une virée à Roubaix pour dévaliser les magasins d’usine (On ne se refait pas !) C’était tellement bon, que dès le lendemain, l’emmenthal  de mon gratin de chou-fleur avait été remplacé par du maroilles. La petite famille a apprécié, mais ma cuisine s’en souvient encore ! Il a fallu aérer pendant deux jours…

Toujours au rayon fromages, j’ai découvert que Lille était le berceau de la mimolette ! Vieille ou semi-vieille, la boule orange offre mille opportunités culinaires… et elle présente l’avantage d’être beaucoup moins odorante que le Maroilles. Alors, pour conclure cette carte postale Lilloise, je vous propose ma recette de « gougères à la mimolette » testée hier soir sur des amis rouennais venus nous rendre visite.

gougères à la mimolette

Pour une trentaine de gougères:
– 4 œufs + 1 jaune (facultatif)
– 150 g de mimolette râpée (pas finement)
– 150 g de farine tamisée
– 75 g de beurre
– 25cl d’eau
– 1 pincée de noix de muscade râpée
– sel, poivre

Préchauffez le four à 200°C (th 6-7). Dans une casserole, portez 25 cl d’eau à ébullition, puis ajoutez le beurre coupé en morceaux et 1 cuillère à café de sel.
Hors du feu, ajoutez la farine d’un coup. Mélangez vivement à l’aide d’une spatule, et faites dessécher pendant 1 min à feu doux. Laissez reposer quelques minutes, et incorporez les oeufs un à un en mélangeant au fouet. Ajoutez la mimolette, la muscade, et le poivre. Goûtez et si ce n’est pas assez salé, rectifiez l’assaisonnement.
A l’aide de deux cuillères à café, formez des petits tas sur une plaque recouverte de papier sulfurisé. Vous pouvez les badigeonner légèrement d’un jaune d’œuf à l’aide d’un pinceau.
Enfournez une quinzaine de minutes en surveillant. Elles doivent être dorées et croustillantes. Dégustez-les chaudes ou tièdes.

Caviar de Noémie

3 octobre 2010 § Poster un commentaire

Moutabbal de courgettes (Noémie)


La voilà, la dernière variation sur la courgette, une délicieuse recette soufflée par Anissa et exécutée avec un mois de retard. Un moutabbal vert donc, dérivé du caviar d’aubergine libanais, à manger avec du pain arabe (kmaj) chaud et croustillant.


Pour 6 personnes
6 courgettes
le jus d’un citron
1 ou 2 gousses d’ail
2 cuil. à soupe de tahiné (crème de sésame)
30 g de pignons de pin
1/2 cuil. à café de mélange 7-épices
(muscade, poivre noir, graines de coriandre, cumin, clous de girofle, cannelle, graines de capsules de cardamome).
sel

Préchauffez le four à 200°C (th 6-7). Retirez le pédoncule des courgettes et coupez-les en deux dans le sens de la longueur. Enfournez pendant 20 minutes (n’hésitez pas à les retourner une fois).
Pelez l’ail, dégermez-le avant de le piler. Et mixez les courgettes avec l’ail, le jus de citron, le tahiné et les épices. Salez, goûtez, rectifiez si nécessaire et réservez au frais. Avant de servir, dorez les pignons de pin dans une poêle, mélangez-en un peu au caviar, parsemez le reste sur le dessus. Décorez d’un filet d’huile d’olive, voire d’un tout petit peu de fleur de sel avant de servir.

Bonne année! Anissa

3 janvier 2007 § Poster un commentaire

Salut à tous,
Je ne sais pas ce que vous avez dégusté pour le réveillon, en tous cas, moi je me suis fait plaisir avec un menu… épatant !
Les convives n’en sont toujours pas remis. Et pourtant, c’est tout simple. Jugez-en vous-même !
On a commencé par des petites mises en bouche colorées :


Petits verres roses

Mixez une betterave avec un yaourt nature,
Salez, poivrez, ajoutez une cuillère à soupe

d’huile de noix, mélangez.
Versez dans des petits verres,
décorez d’un cerneau de noix,
Et c’est tout.
Petits verres verts

Mixez un avocat bien mûr avec un jus de citron vert
et son zeste, alterner une couche d’avocat
avec de la pulpe de pamplemousse asiatique,
Et voilà !

Pour ce qui est du foie gras, j’ai testé une recette trouvée sur le blog de Fredkitchen que je vous invite à découvrir. Ce sont des makis de canard, en gros du foie gras, enroulé dans des tranches de magret séché. Alors je me suis dit pourquoi pas essayer d’en faire autant avec des tranches de saumon ? Aussitôt dit, aussitôt fait.

Rouleaux de saumon
Assaisonnez un pot de ricotta avec du sel,


un jus de citron et de l’aneth ciselé.
Etalez les tranches de saumon fumé
sur du film étirable en formant un grand rectangle.

Etalez la ricotta sur toute la surface.
Posez des petits quartiers d’orange
(ou de pamplemousse asiat dont je suis décidément fan)
sur l’un des bords du rectangle, et enroulez.
Vous obtenez un boudin qu’il faudra placer au congèl.
Une heure avant de servir, sortez le boudin,
découpez des petits tronçons,
et posez-les sur des mini-blinis au moment de servir.

(autrement on en a plein les doigts…
et ça laisse des vilaines traces sur l’assiette !)

Pour en finir avec les mises en bouche, j’avais préparé des rondelles de pommes de terre vitelottes cuites à la vapeur (Je sais que Noémie a jugé qu’elle ne mangerait jamais de pommes de terre violettes, et bien elle a tort ! C’est beau et super gouteux.) Comme il me restait de la ricotta à l’aneth, j’en ai garni les pommes de de terre et j’ai ajouté des oeufs de saumon.  Et bien c’était pas mal non plus !

On a enchaîné avec des huîtres, un tartare de Daurade à la mangue et à la vanille (recette de Cyril Lignac entendue sur France inter la veille) et des coquilles Saint-Jacques snackées laquées à la manière de Alain Ducasse (Merci Elodie et Noémie de m’avoir offert le spoon book !)

Pour changer du traditionnel plateau de fromage, j’ai testé la terrine aux trois fromages proposée par Elle à table de décembre. Un régal, bien qu’on n’avait plus très faim à ce moment du repas ! Promis je vous livrerai la recette un de ces 4, tout comme le tiramisu aux fruits rouges que l’on a dégusté en dessert.

Anissa


Commentaires: lire et poster | Envoyer à un ami

Où suis-je ?

Catégorie apéro sur 3 potes au feu.