Le poulet et la canette (Noémie)

11 novembre 2012 § Poster un commentaire

Qui un jour aurait cru

Qu’un poulet je cuirais 

une bière dans… le cul

Et que bon ce serait

Oui, amis poètes de la gastronomie, je l’ai fait : cuire un « beer can chicken », la bête assise sur sa canette, empalée plutôt, suant au coeur du four. La recette est simplissime, et serait traditionnelle pour la fête des pères anglo-saxons, qui n’aimeraient rien d’autre que la bière et le poulet.

Image

Elle se cuisine généralement au barbecue (vous apprécierez la sélection d’images volées sur Internet), mais fonctionne aussi au four. Les promoteurs affirment que la bière s’évaporant durant la cuisson empêche le poulet de se dessécher à l’intérieur… Détail qui compte, même Jamie Oliver a sa recette pour daddy.

J’ai bien sûr commis quelques erreurs. La première étant d’acheter une Budweiser grand format : le poulet, sur son trône géant, ne rentre pas dans le four (un grand moment de solitude). J’ai ensuite cru qu’il fallait allonger le poulet sur le dos, prise dans mes habitudes : toute la bière s’est écoulée par le trou du… cou. Il a donc fallu réduire la canette d’un bon coup de couteau circulaire, y remettre la bière écoulée puis rasseoir confortablement la volaille au centre d’un grand plat.

Le reste de la préparation est traditionnelle : le poulet a été préalablement salé, poivré, huilé (ou beurré) dedans et dehors, garni d’ail et d’herbes.

Ah, j’oubliais, la canette doit être à moitié vidée. J’ai personnellement versé le surplus dans le plat, pour éviter à ce dernier de surchauffer. Mais d’autres pourront décider de le siffler pendant la cuisson.

C’est prêt, enfournez délicatement, en veillant à ce que l’échine ne soit pas trop près de la résistance supérieure. Cuisez environ 1h25 à 200° C. Tournez le poulet de temps en temps.

 Image

Image

Image

Verdict : délicieux, bor… ! La chair est tendre, sous une peau grillée ici et là (plus sur les épaules que sur les cuisses, bien sûr. Dans mon four en tout cas). je persiste à penser que la viande est subtilement parfumée à l’orge liquide, JZ pense que non. Peu importe, c’est très bon.

Publicités

Tagué :

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Qu’est-ce que ceci ?

Vous lisez actuellement Le poulet et la canette (Noémie) à 3 potes au feu.

Méta

%d blogueurs aiment cette page :