22 janvier 2012 § Poster un commentaire

L’invitation promettait « un dîner d’exception qui laisserait le souvenir d’un moment unique alliant culture et art culinaire »… Promesse tenue pour cette soirée culturo-gastronomique organisée dans le cadre de l’exposition Boilly au Musée des Beaux arts de Lille. Parmi les invités, des hommes et des femmes du monde de l’art, des mécènes et leurs chanceux invités parmi lesquels mon chéri et moi-même.

Deux possibilités pour commencer la soirée :  une visite commentée de l’exposition Boilly, formidable portraitiste et chroniqueur de le vie citadine du début du XIXè siècle, ou  la projection du film Le souper d’Edouard Molinaro (en présence du réalisateur). Ayant déjà vu l’expo, j’ai opté pour le cinéma.

Je me suis délectée pendant 1h30 du huis clos offert par Claude Brasseur dans le rôle du plus grand flic de France, Fouchet et Claude Rich en parfait aristocrate qu’était Talleyrand, à l’occasion d’un souper durant lequel s’est fomentée la restauration de la monarchie en 1815. J’ai découvert avec gourmandise le menu de ce fameux souper, celui-là même qui allait nous être servi en deuxième partie de soirée.

Foie gras truffé et sa brioche

Promesse tenue donc, puisque nous avons dégusté un délicieux foie gras truffé accompagné d’un délicieux champagne.

 

Le saumon à la Royale (cuit au four et au Champagne) était délicieusement garni d’une noix de Saint-Jacques.

Saumon à la royale

Le perdreau à la financière était un peu sec mais j’ai trouvé la sauce absolument succulente, je n’ai pas pu m’empêcher de saucer. Il était accompagné d’asperges en robe de petits pois conformes à la recette livrée dans le film, et de cul d’artichaut à la ravigote. Une ravigote crémée dont j’aimerais bien percer le secret !

Perdreau à la financière

Pour finir, une bombe glacée à la vanille, servie avec un caramel au beurre salé et une légère meringue.

Bombe glacée

Bref, j’ai fait une entorse à mon régime, mais j’ai passé une délicieuse soirée.

Publicités

Cuisine du placard : Que faire avec des brocolis surgelés ?

16 janvier 2012 § Poster un commentaire

18h30, les enfants sont dans le bain. Demain il y a école, le marchand de sable passera à 20h. Qu’est-ce qu’on mange ? Au congèle, un paquet de brocolis surgelés rebaptisés « les arbres des playmobils » par les Kids. Ca fera très bien l’affaire. Ils en raffolent, cuits tout simplement à l’eau salée à condition d’être croquants, et avec une petite sauce dans laquelle les tremper et manger avec les doigts ! Et oui, mes loulous sont des finger food addicts !

Version kids

Dans mes placards, je dégote une boîte d’épis de maïs miniatures, du lait de coco… J’ai la matière première. Je fais cuire les brocolis 3 min. (après reprise de l’ébullition) dans une casserole d’eau salée. J’égoutte les maïs, et je prépare la sauce en faisant chauffer un peu de lait de coco avec du sel, du poivre et de la poudre de colombo. J’ajoute deux bâtonnets de surimi, je les sors du bain, ils passent à table et se régalent. Un peu de pain et de fromage, de la pomme en dessert. Allez, lavage de dents, une histoire et au lit !
Affaire réglée.

Version parents

Soupe de brocolis épicée au lait de coco

On va manger exactement la même chose, en un peu plus épicé. J’ai conservé des fleurettes de brocolis et des épis de maïs dans la passoire. Je fais revenir dans une cuil. à s. d’huile d’olive, une échalote avec un peu de pâte de gingembre – ail (Mixez de l’ail et du gingembre avec du sel et de l’huile de tournesol, conservez cette pâte au frigo pendant un mois). J’ajoute sel, poivre, colombo et je fais dorer 2 minutes en remuant bien.
Je verse le reste de lait de coco, et je me souviens d’un petit bocal de pâte de citronnelle. Super ! Et hop, une cuil. à soupe. Puis j’émince 1 ou 2 ou 3 piments oiseaux (il parait que c’est aphrodisiaque…). Je laisse mijoter 2 min. avant d’y jeter les légumes et un oignon rouge émincé. Je les enrobe bien de sauce. J’éteins. Pour la déco, j’ai décortiqué un reste de crevettes grises et pour la touche finale je saupoudre de coriandre ciselée. Nous nous régalons.

Suite du feuilleton américain

13 janvier 2012 § Poster un commentaire

Hello mes lecteurs et lectrices chéris,

Comme promis, me revoilà avec les recettes De la Caesar salad et du cheesecake. Mais avant, j’ai quelques news pour vous. Tout d’abord, sachez que vous pouvez désormais nous suivre sur twitter Elodie @Elodie Germain et moi-même @miss épices. De plus, je vous rappelle que vous pouvez nous retrouver sur Radio Campus Paris tous les troisièmes dimanches du mois avec notre chère copine Silvi dans Les pieds dans le plat. Ce dimanche, la thématique est: Je change de vie en 2012, vous pourrez entendre ma chronique sur les fabuleux bouillons détox.

Mais revenons à la Caesar salad. Pour lui donner des couleurs, j’ai commencé par faire mariner mon poulet dans un mélange de yaourt nature, jus de citrons et sauce tandoori (qu’on trouve en bocal dans les rayons produits du monde des supermarchés), avant de faire griller les escalopes au four, que j’ai ensuite émincées. Il faut ensuite ajouter des feuilles de romaine, des gros dés de pain de campagne revenus à la poêle dans l’huile d’olive (avec un peu de sel) et des copeaux de parmesan.
Pour la sauce, à l’aide d’un petit robot, j’ai préparé une sauce onctueuse en mélangeant un jaune d’œuf, 1 gousses d’ail, 3 filets d’anchois à l’huile, 30 g de parmesan grossièrement haché, 1 cuil. à s. de moutarde de Dijon,  1cuil. à s. de vinaigre doux et le jus d’1/2 citron vert (facultatif). Salez et poivrez. Incorporez 10 cl d’huile d’olive en deux fois, mixez bien. Vous devez obtenir un genre de mayonnaise en moins ferme.

Cheesecake

Il faut le préparer le matin pour le soir, ou même la veille. Lors de la soirée burger  j’avais opté pour un coulis aux fruits de la passion, mais j’ai également testé l’association citron vert, kiwi, basilic… Une tuerie !

La recette : Et non, Noémie, je n’ai pas testé ta recette, car comme tu le sais, j’ai offert ton livre à maintes reprises mais je ne me le suis toujours pas offert ! Shame on me !
Alors, après plusieurs essais, j’ai abouti à un mix entre la recette tirée d’Un goûter à New York de Marc Grossman paru chez Marabout et celle d’Anne Laure, blogueuse (Lasoifdumiam.fr) découverte dans le magazine Zeste.

Je commence donc par préchauffer mon four à 180°C. Je mixe grossièrement 150 g de spéculoos et 150 g de petits beurre (j’ai testé la version 100% spéculoos, mortelle !), et je mélange ce gros sable inégal à 100 g de beurre ramolli. Je tapisse le fond de mon moule amovible avec ce mélange en faisant remonter légèrement sur les bords. J’enfourne pendant 10 minutes. Temps pendant lequel je prépare ma crème, en mélangeant au batteur 500 g de fromage nature à tariner type St Morey ou Philadelphia, 100 g de crème fraîche épaisse et 200 g de fromage blanc. J’ajoute 120 g de sucre, 40 g de farine, le jus d’un citron bio et son zeste. Enfin j’incorpore 3 œufs entiers et 1 jaune.  Je mélange jusqu’à obtenir une crème lisse, homogène, assez fluide. Je la verse sur la croûte précuite. J’abaisse la température du four à 150°C et j’enfourne pour 1h. J’éteins le four et je laisse refroidir. Ensuite, je le sors et lorsqu’il est tiède, je le mets au frigo pour un minimum de 6h.
Au moment de servir, je n’oublie pas de préparer un coulis bien coloré (fruits rouges ou fruits de la passion ou encore kiwi – citrons verts – basilic).

PS: Je vous épargne mes photos de cheesecake, absolument râtées. Mais le gâteau, lui, était bien réussi !

Une soirée burger

10 janvier 2012 § Poster un commentaire

Mes deux potes au feu sont parties tenter leur chance au pays de l’oncle Sam (snif !), alors comme pour leur rendre hommage, j’ai eu envie d’une soirée 100% américaine, avec coleslaw, caesar salad, burgers et cheescake. Rien de plus convivial en effet, qu’une soirée entre potes autour d’un bon burger !

Mais en bons bobos militants anti-malbouffe, on évite le macdo, et on préfère le home-made, avec de la bonne viande bio. Alors j’ai convié quelques amis et ils ont adoré le concept !
Il m’a fallu un peu de préparation en amont pour être tranquille après…
J’ai commencé par préparer les petits pains. J’ai opté pour l’option machine à pain, mais je vous livre les deux recettes. Je me suis largement inspirée de Burgers faits maison de Sandra Mahut paru chez Marabout.

Les petits pains à burgers

(pour une dizaine de pains de 8cm de diamètre)
360 g de farine bio type 55
200 ml de lait bio
10 g de levure de boulanger
15 g de sucre en poudre
2 g de sel
2 C.C de jus de citron
20 g de beurre ramolli
Des graines de sésame

Dans la machine à pain : Versez le lait tiède, le sucre, le sel et le beurre. Ajoutez la farine, la levure et le jus de citron. Actionnez le programme « pâte » et laissez faire la machine. A la fin du programme, divisez la pâte en petits pâtons de 8 cm de large environ. Disposez les sur une plaque de cuisson recouverte de papier sulfurisé. Laissez reposer 30 min.
Mouillez légèrement le dessus des pâtons à l’aide d’un pinceau en silicone imbibé d’eau ou tout simplement de votre doigt. Saupoudrez de graines de sésame. Faites cuire une quinzaine de minutes dans un four préchauffé à 210°C (th7). Surveillez la cuisson et sortez les pains lorsqu’ils sont bien dorés.

A la main : Dans un grand saladier, mélangez la farine avec le lait tiède, ajoutez la levure, puis le sucre, le sel, le jus de citron et le beurre. Mélangez bien et pétrissez pendant 5 bonnes minutes, la pâte doit se décoller facilement des doigts. Divisez en petits pâtons de 4 cm environ puisqu’ils doivent doubler de volume au bout de 50 min. de repos. Préchauffez le four à 210°C et faites les cuire comme indiqué ci-dessus.


Ensuite, j’ai prévu du cheddar, du comté et de l’emmenthal prétranché, du bacon, des rondelles de tomates, des feuilles de laitue, des graines germées, des oignons rouges émincés, des gros cornichons aigres-doux également émincés mais dans le sens de la longueur et tout un éventail de sauces toutes prêtes (américaine, ketchup, tartare, Colman’s mustard, savora, andalouse très piquante).
Pour ce qui est de la viande, je l’ai simplement assaisonnée de sel et de poivre avant de façonner des petits steaks correspondant à la taille de mes petits pains.
Ensuite, si vous avez la chance d’avoir un barbecue (et le balcon ou le jardin qui va avec), tant mieux pour vous, veinards ! Sinon, une plancha ou pierrade fera très bien l’affaire dans votre salle à manger. Il y aura sûrement un copain qui se dévouera pour s’occuper de la cuisson des steacks, en prenant soin de varier les cuissons pour satisfaire tous les goûts de vos invités !

En guise d’accompagnement, j’ai préparé un coleslaw assez classique avec du chou rouge et du céleri rave. Mais vous pouvez aussi opter pour l’association chou blanc/carottes. Je l’ai assaisonnée d’une petite mayonnaise nature, allongée avec un yaourt nature et du sirop d’agave.

« Et les frites ? » me direz-vous ? Et bien j’ai préféré faire découvrir aux copains le gratin de patates douces de Noémie. Mais si vous sentez d’humeur à tenter les frites maison ! Allez-y !

Bon, ce sera tout pour aujourd’hui, mais promis, le feuilleton américain continue cette semaine avec la Caesar salad et le cheese cake !

Je me suis réconciliée avec les choux de Bruxelles

8 janvier 2012 § 4 Commentaires

En vieillissant les goûts évoluent. Je vous l’assure car je détestais les choux de Bruxelles, et maintenant je les adore ! Ma dernière expérience devait remonter à 15 ans plus tôt, et je m’étais jurée qu’on ne m’y prendrait plus. Et c’est ma marchande de légumes qui m’a fait changer d’avis. Elle me les a présentés tout frais cueillis du matin, encore sur leur tige, et m’a assuré qu’en les faisant blanchir une minute à l’eau bouillante salée, il n’y aurait plus d’amertume et que je pourrais les apprécier juste poêlés avec une échalote émincée. Et bien, elle avait raison ma marchande, et je me suis bien régalée ! Tant et si bien que j’en ai racheté la semaine suivante et celle d’après. Et j’ai testé plusieurs recettes que je vous livre avec grand plaisir !

« Lire la suite »

Où suis-je ?

Vous consultez les archives de janvier, 2012 à 3 potes au feu.