Dans la peau d’une candidate au concours de cuisine amateur

15 novembre 2010 § 3 Commentaires

Mais qu’est-ce qui m’a pris de m’inscrire à ce concours ? Une question répétée 100 fois jusqu’à ce qu’arrive le jour J et que je ne puisse plus reculer… Et maintenant que c’est fait, je ne peux toujours pas y répondre… Mais je ne regrette pas de l’avoir fait,  je me suis franchement éclatée !
C’est épaulée par ma complice Noémie, transformée en coach pour l’occase, que je me suis lancée dans l’aventure ce dimanche de novembre. Et c’est aussi grâce à ses photos que je vais pouvoir partager avec vous cette expérience de candidate aux quarts de finale du concours de la Fédération française de cuisine amateur, FFCA (rien que ça !)
La finale s’est tenue à Paris le weekend dernier au salon Papilles en fête à la Grande Halle de la Villette… Mais je ne sais pas qui l’a remportée…

Il fallait vraiment être motivée pour se taper presque trois heures de route jusqu’à Lille pour se retrouver au milieu des saucissons corses, des fleurs en chocolat et des conserves du Tarn et Garonne du salon Envies culinaires ! Parce que franchement, le salon en lui-même n’avait que très peu d’intérêt. Après avoir avalé une galette au fromage à raclette même pas gratiné, Noémie et moi avons rencontré mes concurrents.

Les candidats découvrent ustensiles et condiments

Philippe, le champion de France de l’année dernière, qui écume tous les concours culinaires de la région avec sa bande de copains retraités. Et Michèle, qui visitait le salon et s’est inscrite sur un coup de tête en apprenant qu’il restait une place !

La découverte du fond de cuisine ne présage rien de bon au regard de sa pauvreté : ail, oignons, échalotes, crème,oeufs, farine, beurre, crème, huile… Le strict minimum !
Pour bien détendre l’atmosphère avant l’épreuve, nous avons eu droit à une dégustation de vins des Côtes du Rhône.

Découverte express de la géographie du vin de la vallée du Rhône

Séguret, Côtes du Rhône Village et Rasteau…
Du plus léger au plus dense… Un cours accéléré très intéressant sur la couleur, la manière de déguster en faisant entrer le maximum d’air itou itou… mais finalement assez peu de billes pour déterminer lequel sera le plus approprié au plat que je vais proposer !

Le tirage au sort m’a désignée deuxième dans l’ordre de passage.

A 16h15 je découvre enfin le panier surprise, et je dois avouer qu’il m’a un peu décontenancée :
des râbles de lapin, de la betterave cuite, des pâtes fraîches, des pignons de pin et de la roquette.

"Bon, le lapin, je gère, mais qu'est ce que je vais bien pouvoir faire de ces betteraves !

Top, c’est parti ! Je commence par faire revenir le lapin. Pendant ce temps, je prépare un fond dans lequel je le ferai pocher ensuite. Dans un litre d’eau que je porte à ébullition, j’ajoute un soupçon d’herbes de Provence (faute de thym), une cuillère à soupe de gros sel, du poivre, deux gousses d’ail émincées, du gingembre (en poudre) et les parures du lapin .
Lorsque mes râbles sont dorés, je les mouille généreusement avec une partie du fond filtré, et je le laisse mijoter à feu doux. Je fais réduire le reste de fond, et je m’attaque à la betterave…

Foutue betterave qui m'enquiquine !

Les oignons sont confits, les pignons grillés et si je mettais un peu d'ail avec la roquette ?

Ne sachant toujours pas quoi en faire, je taille des petits cercles à l’emporte-pièce… histoire d’assurer la déco.
Tout à coup, me vient en tête une recette d’oignons caramélisés d’Alain Ducasse. C’est vite fait et absolument divin alors je me lance.
J’émince un oignon (je le choisis rouge en ayant une pensée pour mon autre maître spirituel Jamie Oliver), je le fais revenir dans une noix de beurre. Lorsque les lamelles sont bien colorées, je les déglace au vinaigre balsamique (faute de xéres), j’ajoute une louche de bouillon aromatisé au lapin, et je laisse réduire. Une fois qu’il n’y a plus du tout de liquide, j’ajoute une cuillère à café de sucre que je laisse caraméliser. Je réserve.

Mon fond de sauce réduit à la portion congrue

Et là, catastrophe ! Je n’ai pas surveillé mon fond de sauce, qui a beaucoup trop réduit. Du coup, c’est hyper salé, et surtout il n’y en a plus suffisamment pour napper les râbles !
Il ne me reste plus qu’à essayer de la détendre avec de la crème.
Idée de génie : je mixe les restes de betterave avec la crème liquide, et j’obtiens un beau rose fushia. Je l’ajoute à la sauce trop salée, je goûte et c’est délicieux.
L’heure tourne, je dois faire cuire les pâtes, mettre les assiettes à chauffer, dresser, trouver un nom pour le plat et surtout proposer un vin avec !

Tentative de coloration des pâtes avec la betterave... C'est râté !

Erreur de débutante au dressage : les pâtes sans sauce seront bien trop sèches

Et voilà, l’heure est écoulée. On me presse d’apporter mes plats au jury. Je ne suis pas trop mécontente… Un peu angoissée à l’idée que ce soit trop salé. Alors ???

"J'ai pensé que la légèreté du Séguret permettrait d'apprécier les différents arômes de ce lapin en habit rose"

Le jury goûte, prend son temps, semble savourer... Les assiettes sont finies

Verdict : Ils ont adoré mes oignons, ont trouvé ma sauce et mon lapin très savoureux mais la viande et les pâtes étaient trop secs. C’est Michèle qui a remporté la manche, et le gagnant de la région Nord est un monsieur assez âgé qui a cuisiné la veille un fabuleux sauté de veau.
C’était une belle expérience, mais on ne m’y reprendra pas. Moi, mon kiffe, c’est de prendre mon temps pour donner du plaisir à mes convives, pas de travailler sous pression !

Publicités

Tagué :, , ,

§ 3 réponses à Dans la peau d’une candidate au concours de cuisine amateur

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Qu’est-ce que ceci ?

Vous lisez actuellement Dans la peau d’une candidate au concours de cuisine amateur à 3 potes au feu.

Méta

%d blogueurs aiment cette page :