Smacznego, Tadeusz! * (Noémie)

15 mars 2008 § 1 commentaire

 

Et voilà ce bortsch. Attendu par les copines et tous les gourmands de plats sexy.

La betterave (exclusivement cueillie sur l’étal du petit producteur du marché), j’adore en salade, par exemple avec du yoghourt citronné et mélangé à un peu d’ail. C’est rapide à préparer et ça met des couleurs à l’hiver. En plein dans ma période je-rentre-tard-c’est-soupe-ce-soir, je me suis souvenu d’un bortsch découvert dans une autre vie, un autre hiver. Je l’avais goûté du bout des lèvres, parce qu’a priori, j’aurais pas échangé deux cuillères de soupe 4C d’Elodie contre un bol de betterave liquide et chaude. Rien que le mot bortsch, ça faisait plutôt morne plaine et cris de corbeaux un soir triste au nord de Cracovie. Erreur ! (même si je donnerais ma marmite de 4C contre rien au monde). C’était nouveau, déroutant quant au goût et à la texture… mais très bon. Et puis, condamner mes casseroles et ma planche à découper au rose tyrien, je trouve ça trop bien.

Je livre donc une recette proche de la tradition polonaise (les Russes ajoutent viande et chou, les Lituaniens, des champignons séchés…) relevée avec une pointe de cumin.

 

4 cuillères à soupe d’huile d’olive

1 oignon moyen

2 gousses d’ail

1 cuillère à café de cumin en poudre

600 grammes de betterave cuite

1 grosse pomme de terre

1,25 litre d’eau froide

3 cuillères à soupe de vinaigre de vin rouge

1 petit bouquet de persil plat ciselé

1 yoghourt mélangé avec un peu de lait, une gousse d’ail écrasée, du sel et du poivre

 

 

Émincez l’oignon finement. Faites chauffer l’huile dans une grosse casserole à feu moyen, avant d’y faire revenir l’oignon jusqu’à coloration. Écrasez les gousses d’ail et ajoutez les, avec le cumin et un peu de sel. Remuez et laissez revenir pendant deux minutes. Couvrez de l’eau. Coupez la pomme de terre en petits morceaux, ajoutez-la, remuez et laissez mijoter une vingtaine de minutes. À la moitié de la cuisson, ajoutez les betteraves, pelées et coupées elles aussi en petits cubes. Mixez le tout au blender. Versez la soupe de nouveau dans la casserole. À feu doux, ajoutez le vinaigre, la moitié du persil, du sel et du poivre (goûtez pour rectifier). Remuez. C’est prêt. Servez avec un peu de yoghourt et de persil sur le dessus. Un mini-verre de Zubrowska, et vous chantez l’hymne polonais jusqu’au dessert.

* Bon appétit, Bernard !

Commentaires: lire et poster | Envoyer à un ami

Publicités

Tagué :, ,

§ Une réponse à Smacznego, Tadeusz! * (Noémie)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Qu’est-ce que ceci ?

Vous lisez actuellement Smacznego, Tadeusz! * (Noémie) à 3 potes au feu.

Méta

%d blogueurs aiment cette page :