…And a happyyy new yeeaar! Elodie

6 janvier 2007 § Poster un commentaire

Les fêtes de fin d'année, c'est un peu comme le manège quand on était petit, on a très envie d'y être mais au bout d'un moment, quand ça commence à nous retourner l'estomac, on se dit qu'on ne serait pas franchement contre l'idée de descendre.
Donc pour le réveillon, après une débauche de chapons, de dindes, de bûches, de saint-jacques et de truffes, je m'étais dit que j'opterais pour la légèreté et surtout la sobriété, objectif -un foie n’est pas coutûme- zéro préparation et saveurs brutes.

Une entorse à ce manque d'imagination volontaire : les mini-verrines servies avec le champ’ à l’apéro.
Un impératif : du léger histoire de garder l’appétit pour la suite.

-Un mini-velouté avocat/pamplemousse, miettes de crabe et tartare de crevettes (tiens ! pas très éloigné de la verrine d’Anissa, quand les grandes gourmandes se rencontrent…)

La recette:
1 avocat bien mûr
1 pamplemousse
10 crevettes roses
1 boîte de miettes de crabe
2 c à café de jus de citron
1 pincée de piment de cayenne
Sel

Enlevez la peau et le noyau de l'avocat, et dans un bol, mixez la chair de l'avocat à l'aide d'un mixeur plongeur.
Pressez le pamplemousse et versez le jus, oui tout le jus!, dans le bol contenant l'avocat. Vous obtiendrez un joli velouté. Assaisonnez avec le sel et le piment de cayenne.
Décortiquez les crevettes et coupez-les en tronçons de 0,5  cm, arrosez d'une cuillère à café de jus de citron.
Ouvrez la boîte de miettes de crabe, et arrosez de la cuillère restante de jus de citron.
Dans de petits verres, disposez les crevettes, puis le velouté et enfin parsemez de miettes de crabe. C'est prêt!

Pour la photo euh… c'était tellement bon que mes convives n'ont pas eu la politesse de me laisser dégainer mon numérique. Vous en avez de la chance: vous allez découvrir mes talents cachés, très cachés, d'artiste:

-Deuxième verrine, le vrai-faux crumble salé au chèvre emprunté à Station Gourmande, une tuerie! Délicieux contraste entre le croustillant du crumble, l’onctuosité du chèvre et la douceur du coulis de poivron.

Conclusion : après cet apéro so chic, j’entame ma douzaine de Marennes-Oléron légère comme une plume puis attaque sans culpabiliser une tranche de foie gras mi-cuit, un carpaccio de saumon mariné, un morceau de saint nectaire et évidemment, une part de bûche. Et un baiser très romantique sous le gui. Euh… j'avais dit léger, le repas de la Saint-Sylvestre?

Commentaires: lire et poster | Envoyer à un ami

Publicités

Tagué :, , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Qu’est-ce que ceci ?

Vous lisez actuellement …And a happyyy new yeeaar! Elodie à 3 potes au feu.

Méta

%d blogueurs aiment cette page :