Velouté de patates douces à la passion (Elodie)

28 janvier 2007 § Poster un commentaire

Noémie un gratin régressif, Anissa un parmentier et un gâteau… La dernière à écrire un post autour de la patate douce, c’est moi, la flemmarde! Et comme je suis en vacances en Guadeloupe chez ma soeur, je ne vous raconte pas les efforts qu’il m’a fallu déployer pour sortir de ma bienheureuse léthargie. Mais comme c’est pour une bonne raison, j’ai mis en branle les 2 neurones restés en éveil (l'un pour mettre mon maillot, l’autre pour préparer le ti-punch) et imaginé un velouté de patates douces au coulis de fruit de la passion, un mélange aigre-doux dont voici la recette.


Velouté de patates douces et coulis au fruit de la passion

Pour le velouté de patates douces :

3 patates douces
2 oignons
2 gousses d’ail
1 cas de zeste d’orange
le jus d’1/2 orange
40 cl de lait
60 cl de bouillon de volaille
25 g de beurre
2 cas de crème fraîche

Pour le coulis au fruit de la passion :

4 fruits de la passion
1 piment oiseau (facultatif)
1 cas de miel
1 brin de coriandre

Commencez par le velouté. Pelez les gousses d’ail, ôtez le germe vert (un chouia mieux pour la digestion) et hachez-la. Pelez les oignons et émincez les en tranches de 2 mm environ (attention aux doigts). Epluchez les patates douces, lavez et coupez les en cubes de 2 cm environ.

Dans un faitout, faites revenir le beurre. Faites dorer les oignons, et l’ail 5 minutes. Puis ajoutez les cubes de patate douce, versez le bouillon et le lait et laissez mijoter 20 minutes.

Pendant ce temps vous pouvez préparez le coulis au fruit de la passion. Coupez chaque fruit en deux. Prenez quelques secondes et enivrez-vous du parfum du fruit qui porte bien son nom. Videz chaque moitié du fruit de sa pulpe. Dans un mixer mettez la pulpe et 10 cl d’eau. Ajoutez (si vous aimez) le piment oiseau haché et mixez 2 minutes. Passez le jus au tamis. Dans une casserole, laissez mijoter quelques minutes le coulis le temps qu'il réduise, ajoutez 1 cuillère à soupe de miel. Et réservez.

Retournez à votre velouté.
Mixez avec un mixeur plongeur directement dans le fait-tout. Ajoutez 2 cas de crème fraîche. Le zeste et le jus d'orange. Remuez délicatement.

Versez le velouté dans de petits bols et au centre de chacuns, un filet de coulis au fruit de la passion. Parsemez de coriandre ciselée. Et voilà!

Commentaires: lire et poster | Envoyer à un ami

Publicités

Patate douce : version sucrée / version salée (Anissa)

21 janvier 2007 § Poster un commentaire

Avec son gratin de patates douces, Noémie m'a donné envie de m'intéresser de plus près à ce légume.
J'habite un quartier africain et on en trouve sur tous les étals. Il en existe à chair blanche ou plutôt grise, à chair jaune ou encore orange. Comme son nom l'indique elle est sucrée et sa chair farineuse rappelle un peu la chataigne. Ma mère, qui vit à la Réunion, en fait un gâteau exquis, fondant et parfumé à la vanille, hyper simple à réaliser.

Gateau patat'
1kg de papates douces à chair grise
1 verre de lait
2 gousses de vanille
4 oeufs + 1 jaune d'oeuf
250 g de beurre ramolli
1 verre de farine
2 verres de sucre
Eplucher les patates, coupez en gros cubes et mettes à cuire une vingtaine de minutes avec le lait et les deux gousses de vanilles fendues. Pendant ce temps battez les blancs en neige.
Mixez la chair des patates avec le lait en prenant soin de retirer les gousses de vanille. Incorporez le beurre, le sucre, la farine et les jaunes d'oeufs. Mélangez bien et ajoutez les blancs d'oeufs. Vous obtenez une pâte homogène. Beurrez un moule, versez-y la préparation, étalez bien et avec une fourchette quadrillez le dessus. Badigeonnez de jaune d'oeuf pour qu'il soit bien doré et enfournez à 180° pour 45 min. Dégustez tiède ou le lendemain, froid, c'est encore meilleur.

Version salée, jusqu'à maintenant j'en été restée à la simple purée avec du lait, du sel et un peu de cannelle. Et la semaine dernière j'ai revisité une de mes recttes fétiches : le parmentier de canard, en troquant les pommes de terre contre de la patate douce, et je peux vous dire que mes invités ont apprécié !

Parmentier de canard à la patate douce
1 kg de patate douce (peau rose, chair orange)
1 boîte de confit de canard (3/4 cuisses)
1 botte de persil
2 oignons doux
4 gousses d'ail
125 g de fromage râpé
2 cuil. à soupe de sésame blond
Mettez la patate douce à cuire dans l'eau salée soit 30 min dans une casserole, ou 10 min à la cocotte minute. Pendant ce temps faîtes dégraisser les cuisses de canard dans une poêle. Lorsque toute la graisse est fondue, retirez les cuisses et laissez la graisse dans la poêle, baissez le feu. Ajoutez les oignons émincés et les gousses d'ail entières. Faîtes-les confire pendant environ 20 minutes. Les oignons deviennent juste translucides et les gousses d'ail fondantes. Enlevez la peau puis émiettez la viande, mélangez-la au persil ciselé, et disposez le mélange au fond d'un plat à gratin.
Pelez et  écrasez la chair de la paptate douce à la fourchette, réservez. Ecrasez l'ail et incorporez-le à la purée avec les oignons et 2 cuil. à soupe de graisse de canard fondue. Salez, poivrez, goûtez la purée et déposez-en une couche homogène sur toute la viande. Recouvrez de fromage et du sésame et enfournez à 220°  pendant 10  minutes, juste le temps d'obtenir un beau gratin bien doré. Dégustez immédiatement, c'est un plat très complet.

Commentaires: lire et poster | Envoyer à un ami

Two thousand seven from New York city (Noémie)

12 janvier 2007 § 2 Commentaires


Si les copines ont fait briller leur table de Nouvel an et reçu plein de clap-clap, mon 31 décembre à moi n’a rien eu de gastronomique : je travaillais dans ma beloved french brasserie de l’East village.


Et comme les cuisiniers s’activaient depuis l’après-midi pour mitonner les plats du menu spécial « New year’s eve » avant le coup de feu, nous n’avons pas eu droit à notre traditionnelle « staff food » (les moules marinières sont à tomber, faut que je pense à demander la recette au chef avant de partir).

Dans nos assiettes : deux parts de pizza-carton, livrée par la boutique d’à côté. Je me suis consolée en engloutissant tous les mini fondants au chocolat, mini cheese cakes et tranches d’ananas caramélisé (dessert du Nouvel an, servi with champagne) qui me tombaient sous la main lors de mes allers retours entre la salle et la cuisine. J’aurais appris une chose : servir des dizaines d’assiettes de foie gras maison, de salades de homard à la mangue (cette recette aussi, je la veux), ou de sanglier au vin, tout en digérant la plus mauvaise pizza de New York City est un exercice de philosophie zen. Le manager a eu la charité de nous offrir du champagne à la fin du service. Thank you so much.

Bref, je ne peux donner aucune recette de cette folle et dernière nuit de 2006… MAIS… comme je suis dans le pays du bonhomme en rouge, on peut aussi bien se refaire le repas de noël (simplissime) : fromages et vins de France, saumon fumé, cream cheese top caviar et bagels, salade, roti de bœuf et « yams and chamallows gratin », traduisez : gratin de patates douces et de trucs toutmoussuperbons. Et ça, c’est moi qui l’ai fait ! (Je dois avouer qu’il y a eu sacrilège : normalement, les yams et les chamallows, c’est juste pour accompagner la méga-dinde de Thanksgiving, fin novembre).

Les (heureux) lecteurs de notre livre ont peut-être testé les pancakes de Peter. On reste en famille,  c’est sa tante Bo qui m’a refilé la recette. Une vieille dame élégante qui aurait pu être la doublure de  Jessica Fletcher dans « Arabesque ». 

Pas simple d’obtenir des indications précises, car en bonne mamie pro du gratin, Bo n’a aucune idée des proportions d’ingrédients qu’elle utilise (son plat est évidemment à chaque fois le meilleur de la galaxie). Un peu de concentration et de suggestions, tope-là, Bo : la recette est notée sur mon carnet magique. La voi-là :

Pour 4 personnes :

5 patates douces

120 gr de beurre mou

1 « canette de jus d’orange concentré surgelé » (là, ça coince, on n’a pas ça chez nous ! 30 cl de jus d’orange  devraient suffire) 

cannelle, muscade, sel, poivre

Un paquet de chamallows blancs (il paraît que ceux d’ici sont meilleurs)

 Préchauffer le four à 180°C (thermostat 6). Eplucher les patates douces et les couper en gros cubes. Les faire cuire dans de l'eau portée à ébullition pendant 20 mn environ. Bien égoutter et écraser à la fourchette dans un grand saladier. Mélanger doucement avec le beurre, puis le jus d’orange. Saler-poivrer-muscader/canneller (un tout petit peu : une pincée de chaque). Remuer, goûter (rectifier si nécessaire). Mettre la purée dans un plat à gratin et enfourner une quinzaine de minutes. Sortir le plat et recouvrir la purée de chamallows. Remettre en four. Quand les chamallows ont bien gonflé et sont marrons sur le dessus (croustillants et fondants): c’est prêt !

Parfait avec les volailles et les viandes blanches. 


 

Commentaires: lire et poster | Envoyer à un ami

…And a happyyy new yeeaar! Elodie

6 janvier 2007 § Poster un commentaire

Les fêtes de fin d'année, c'est un peu comme le manège quand on était petit, on a très envie d'y être mais au bout d'un moment, quand ça commence à nous retourner l'estomac, on se dit qu'on ne serait pas franchement contre l'idée de descendre.
Donc pour le réveillon, après une débauche de chapons, de dindes, de bûches, de saint-jacques et de truffes, je m'étais dit que j'opterais pour la légèreté et surtout la sobriété, objectif -un foie n’est pas coutûme- zéro préparation et saveurs brutes.

Une entorse à ce manque d'imagination volontaire : les mini-verrines servies avec le champ’ à l’apéro.
Un impératif : du léger histoire de garder l’appétit pour la suite.

-Un mini-velouté avocat/pamplemousse, miettes de crabe et tartare de crevettes (tiens ! pas très éloigné de la verrine d’Anissa, quand les grandes gourmandes se rencontrent…)

La recette:
1 avocat bien mûr
1 pamplemousse
10 crevettes roses
1 boîte de miettes de crabe
2 c à café de jus de citron
1 pincée de piment de cayenne
Sel

Enlevez la peau et le noyau de l'avocat, et dans un bol, mixez la chair de l'avocat à l'aide d'un mixeur plongeur.
Pressez le pamplemousse et versez le jus, oui tout le jus!, dans le bol contenant l'avocat. Vous obtiendrez un joli velouté. Assaisonnez avec le sel et le piment de cayenne.
Décortiquez les crevettes et coupez-les en tronçons de 0,5  cm, arrosez d'une cuillère à café de jus de citron.
Ouvrez la boîte de miettes de crabe, et arrosez de la cuillère restante de jus de citron.
Dans de petits verres, disposez les crevettes, puis le velouté et enfin parsemez de miettes de crabe. C'est prêt!

Pour la photo euh… c'était tellement bon que mes convives n'ont pas eu la politesse de me laisser dégainer mon numérique. Vous en avez de la chance: vous allez découvrir mes talents cachés, très cachés, d'artiste:

-Deuxième verrine, le vrai-faux crumble salé au chèvre emprunté à Station Gourmande, une tuerie! Délicieux contraste entre le croustillant du crumble, l’onctuosité du chèvre et la douceur du coulis de poivron.

Conclusion : après cet apéro so chic, j’entame ma douzaine de Marennes-Oléron légère comme une plume puis attaque sans culpabiliser une tranche de foie gras mi-cuit, un carpaccio de saumon mariné, un morceau de saint nectaire et évidemment, une part de bûche. Et un baiser très romantique sous le gui. Euh… j'avais dit léger, le repas de la Saint-Sylvestre?

Commentaires: lire et poster | Envoyer à un ami

Bonne année! Anissa

3 janvier 2007 § Poster un commentaire

Salut à tous,
Je ne sais pas ce que vous avez dégusté pour le réveillon, en tous cas, moi je me suis fait plaisir avec un menu… épatant !
Les convives n’en sont toujours pas remis. Et pourtant, c’est tout simple. Jugez-en vous-même !
On a commencé par des petites mises en bouche colorées :


Petits verres roses

Mixez une betterave avec un yaourt nature,
Salez, poivrez, ajoutez une cuillère à soupe

d’huile de noix, mélangez.
Versez dans des petits verres,
décorez d’un cerneau de noix,
Et c’est tout.
Petits verres verts

Mixez un avocat bien mûr avec un jus de citron vert
et son zeste, alterner une couche d’avocat
avec de la pulpe de pamplemousse asiatique,
Et voilà !

Pour ce qui est du foie gras, j’ai testé une recette trouvée sur le blog de Fredkitchen que je vous invite à découvrir. Ce sont des makis de canard, en gros du foie gras, enroulé dans des tranches de magret séché. Alors je me suis dit pourquoi pas essayer d’en faire autant avec des tranches de saumon ? Aussitôt dit, aussitôt fait.

Rouleaux de saumon
Assaisonnez un pot de ricotta avec du sel,


un jus de citron et de l’aneth ciselé.
Etalez les tranches de saumon fumé
sur du film étirable en formant un grand rectangle.

Etalez la ricotta sur toute la surface.
Posez des petits quartiers d’orange
(ou de pamplemousse asiat dont je suis décidément fan)
sur l’un des bords du rectangle, et enroulez.
Vous obtenez un boudin qu’il faudra placer au congèl.
Une heure avant de servir, sortez le boudin,
découpez des petits tronçons,
et posez-les sur des mini-blinis au moment de servir.

(autrement on en a plein les doigts…
et ça laisse des vilaines traces sur l’assiette !)

Pour en finir avec les mises en bouche, j’avais préparé des rondelles de pommes de terre vitelottes cuites à la vapeur (Je sais que Noémie a jugé qu’elle ne mangerait jamais de pommes de terre violettes, et bien elle a tort ! C’est beau et super gouteux.) Comme il me restait de la ricotta à l’aneth, j’en ai garni les pommes de de terre et j’ai ajouté des oeufs de saumon.  Et bien c’était pas mal non plus !

On a enchaîné avec des huîtres, un tartare de Daurade à la mangue et à la vanille (recette de Cyril Lignac entendue sur France inter la veille) et des coquilles Saint-Jacques snackées laquées à la manière de Alain Ducasse (Merci Elodie et Noémie de m’avoir offert le spoon book !)

Pour changer du traditionnel plateau de fromage, j’ai testé la terrine aux trois fromages proposée par Elle à table de décembre. Un régal, bien qu’on n’avait plus très faim à ce moment du repas ! Promis je vous livrerai la recette un de ces 4, tout comme le tiramisu aux fruits rouges que l’on a dégusté en dessert.

Anissa


Commentaires: lire et poster | Envoyer à un ami

Trois drôles de dames…

3 janvier 2007 § Poster un commentaire

IDD'L, un magazine féminin diffusé sur France 3 Limousin Poitou-Charentes et France 3 Ouest nous a consacré un reportage à l'occasion de la sortie de notre livre, "Gourmandes et fières de l'être".

Pas facile d'être naturelle en cuisine sous l'oeil des caméras! Au début, on se dit qu'on va faire comme d'habitude, sans chichis, et qu'on aura l'air très naturelles et plutôt fûtées même en coupant des poivrons… eh bien quand on a la caméra sous nez, et qu'on nous pose des questions très simples, on fait tout de suite moins les malines…
 
Quoi qu'il en soit, on s'est drôlement amusées pendant le tournage de ce reportage, jugez-en vous même !

Commentaires: lire et poster | Envoyer à un ami

Où suis-je ?

Vous consultez les archives de janvier, 2007 à 3 potes au feu.